« Des Poils et des Os #12… »

Mais il n’était pas question de revenir en arrière. J’étais là, au cœur de la folie moderne, et mon destin était d’y demeurer jusqu’à la fin de mes jours.

L’homme qui savait la langue des serpents – Andrus Kivirähk

See you soon space cow boy !

« La trentaine, c’est la nouvelle vingtaine »

… Qu’on se le dise !

L’esthéticienne qui veut te vendre des produits mais qui n’est pas cohérente…. Ou c’est juste un manque, une zone de cerveau morte?

Il y a deux ans, j’ai gagnée un soin du visage dans une institue parisienne de renom. – J’ai bien dit gagné – N’étant pas adepte de ce genre de choses, je me suis sentie comme un éléphant dans un magasin de porcelaine. Entendez par la : C’était la première fois – et depuis la seule – où je rentrais dans une institue de beaaaauté. J’ai pour habitude de considérer ce type de dépenses comme superflue. 

Maintenant, je me souviens pourquoi. Le marketing (les faux-semblants) : très peu pour moi. 

Par contre, j’aurais bien rigolée – où été atterrée, à choisir – mais je dois avouer que j’ai été tellement smooth par la suite, dans le métro que ça en valait le coup ! 

A dire vrai, je me suis posée une question – plutôt plusieurs – « pourquoi être dans ce type d’endroit me mettais mal-à-l’aise ? » – « Pourquoi ai je ce rapport de superflu et de dépense inutile sur ce genre de choses ? » – La tutrice de Foxy m’a offert à la suite d’une journée de sport,  la récompense d’un moment dans un Spa.

Je comprends mieux la ‘mécanique’ qu’il y a derrière ces soins : ça fait du bien ! – les choses les plus simples ne le sont pas forcément pour moi – ça nous récompense, c’est prendre soin de soi, physiquement et psychiquement. Alors je vais juste déplacer le curseur du ‘superflu/inutile’ à ‘cadeau/récompense’ de temps en temps 🙂

Une dernière chose : lorsque tu choisi l’endroit de ta récompense, tu maîtrise un peu plus la bienveillance que tu vas rencontrer chez la praticienne. Tu évitera l’écueil d’une esthéticienne d’une vingtaine d’années qui te vante les bienfaits d’un antirides en prenant sa peau en exemple. La cohérence c’est important, non ?

See you soon Old cow boy 😉

J’ai eu 30 ans il y a quelques jours. Ma peau se porte bien sans antirides. En fait peut-être que je m’en fous à la base.

Est-ce que tout relativement, on ne se sentirais pas comme lorsque l’on as eu 18 ans ?

« When it’s Red… »

C’est bientôt mon anniversaire, à ce propos ça me rappelle un souvenir…

Comme tous les enfants, j’adorais mon anniversaire, ma mère faisais un gâteau pour l’école, et j’aime les gâteaux !

Je me langui de mon anniversaire, mais je suis encore trop petite pour comprendre le déroulement du temps avec toutes ses subtilités.

Dans le jardin, pousse moult plantes. Je demande à maman :

– « C’est quand mon anniversaire ? »

– « En Novembre » me répond elle sans levé l’œil de son bouquin.

– « C’est quand novembre ? »

– « Tu as encore longtemps à attendre… » elle daigne me regarder, cette fois-ci.

– « … »

Son regard se pose sur une plante qui arbore des grappes de baies vertes :

– « Tu vois les petites boules vertes la ? Lorsqu’elles seront toutes rouges l’on fêtera ton anniversaire »

– « …… Ouais, mais ça ne me dit pas quand ça sera ! »

Les fameux arbustes qui donnent leurs fruits en hiver sont les Pyraconthas, aussi appelé ‘Buisson ardent’ – ça pète ! – du grec Pyros ‘le feu’ et Acantha ‘l’épine’. Fermeture de la parenthèse culturelle.

C’est un souvenir extrêmement flou, je devais avoir moins de cinq ans mais je me rappelle de l’obstination que j’avais à poser des questions pour lesquelles j’aurais eu la réponse… avec le temps.

See you soon space cow boy !