« Les aventuriers du potager… #4 »

#Jour 4 – Pumpkine et la foule mythomane

C’était un mensonge ! Livraison à 20e moncul mon postérieur !

Je dois vous expliquer! le lendemain, le dos broyé, j’arrive à m’extraire du carré-potager – Oui, le lendemain – au bureau, je vous passe les détails de mes collègues forts inquiets de mon état de santé – Mentale ou physique, je ne saurais dire – ni une, ni deux, l’heure de la délivrance pour les uns arrive, l’heure de la torture ‘partie deux’ pour les autres – Moi en somme –

Je me retrouve donc à ce fichu magasin de bricolage/jardinage, et commence par discuter avec la caissière – qui n’est pas la même que la veille, y’a un complot quelque-part –  de l’éventualité de me faire livrer les cinq derniers sacs d’engrais qui n’attendent que moi. 

-« De quoi tu parles ? j’ai même pas de bagnole ! »

LA Pumpkine courroucée peut-être très vulgaire… Un vendeur passant par là, voyant s’envoler mes espoirs et peut-être même ma raison, rien n’est plus sûr sa commission sur les ventes me pose la question suivante : -« La vendeuse d’hier as du mal s’exprimer, nous pouvons commander des articles pour vous mais ils seront livrés au magasin… Après il vous faudra les ramener chez vous par vous même, nous n’effectuons pas de livraison à domicile »

J’avais rien compris c’est ça ? – ça m’en a tout l’air –

Je prend donc un sac. Que je ramène chez moi en vingt minutes – C’est qu’on commence à se faire les muscles avec ces conneries – l’idée étant d’arrivée un peu avant 18h05 car si je calcule bien, je vais pouvoir demander à mon gardien s’il peut me prêter un diable. – Ce qu’elle est intelligente Pumpkine dis donc ! –

Non. C’était pas intelligent. Mon gardien – Adorable geek de surcroît – me prête le diable, je sens une pointe de moquerie dans son regard tinté de pitié lorsqu’il m’explique qu’il n’a pas plus grand et que c’est difficilement maniable.

La fierté : -« Mais non, ça va le faire ! c’est très gentil de me le prêter déjà, je vous le ramène tout de suite ! » une main sur la montre, 18h10, il va falloir faire vite !

Un aller-retour plus tard – c’est pas 30 minutes que j’ai mis cette fois-ci, ça doit être carrément 1 heure ! – ou comment se faire prêter un diable qui part en couilles tout les cinq millimètres – ouioui, vraiment – à vide donc je vous laisse imaginer avec deux fois 50L de terreau, et faire les quelques kilomètres me séparant de mon adorable chez-moi en adoptant la technique de la tortue tétraplégique. J’ai fini par l’avoir la technique mais ça ma pris une quinzaine de minutes avant de comprendre. – Je suis lente que voulez vous ? –

Y’a même un type qui s’est carrément ouvertement foutu de ma gueule : -« Bon courage » ; -« Pouvez m’aider si vous voulez ?! »

Ouais Pumpkine en souffrance, à qui l’on vient de briser ses rêves; elle peut devenir un tantinet agressive.

J’exagère ? moi ? Jamais.

En vrai, si je passais le permis, je me couperais de tout un pan de drôlerie dans ma vie quand-même ! elle deviendrait bien morne et … trop facile !

See you soon space cow boy

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *