« London Calling »

De retour d’un petit séjour à Londres,

Je vais prendre deux semaines de vacances du Blog, (bien méritée)

Ce afin d’en faire la recette, le petit bébé ayant migré il y a pas mal de temps mais produisant moult bugs bien chi*** relou : Comme le fait que tu ne reçoives plus les notifications par mail lors de nouvelles publications – Frustrant – 

Je continue de publier tous les lundis à 17h00 tout pile, tu peux aussi te tenir au courant via la page Facebook !

Pour ne pas vous laisser désoeuvrés, je vous partage quelques anciens dessins retrouvés au détour de rangement factuel d’appartement.

See you soon space cow boy !

-Parce que j’ai arrêtée de fumer depuis le 01 Janvier 2018 –

 

-Le dragon de l’imagination –

« Music heals insomnia… »

J’ai toujours très mal dormi d’aussi loin que je me souvienne.

Mais lorsque j’étais petite, ‘S’endormir’ était devenue très vite une véritable phobie.

Car je savais que je n’allais pas réussir à m’endormir. Je m’étais conditionnée autour de ce passage du temps et le dimanche soir était le jour le plus dément.

Dès 17h00 à la vue de ‘VidéoGag’ je savais que l’heure fatidique allait bientôt arriver, que la nouvelle semaine commencée, que je devais bientôt aller ‘dormir’ sans vraiment réussir.

Je déteste cette émission.

Je suis en train de jouer avec mes ‘petits bonhommes’, dehors le jour décline. Ma mère est en train de regarder la télévision. Le générique de l’émission commence, et déjà mon cœur se serre. Je me lève et demande si je peux sortir dans le jardin.

– « Tu ne veux pas regarder les vidéos drôles ? »

– « Non… Je veux aller jouer dehors »

Je ne les trouve pas drôle, dimanche est fini.

Je vais me retrouver toute seule dans le noir, à trop réfléchir, à ne pas pouvoir lire car je dois dormir, il le faut, sinon je vais être fatiguée demain. Puis c’est ce que veux maman. Mais je n’ai pas sommeil.

Parfois je m’assoupis, mais ne m’en rend pas compte. Je me réveille et c’est comme si je n’avais pas dormi, ma mère perd patience et je suis punie. Un soir, elle me met dans un bain très chaud et je ne dois en sortir que lorsque l’eau devient froide. C’est long, je m’ennuie, je pleure et ça ne sert à rien. Je n’arrive pas à dormir et ce n’est pas pour les embêter. C’est juste que je n’ai pas sommeil.

Je vais passer mon temps à tester des techniques de respirations, à lire jusqu’à épuisement lorsque j’entends que mes parents sont endormis, mais rien ne marche jusqu’à ce que mon frère m’offre un Walkman à cassettes à Noël.

à partir de cet instant, je m’endormirais tous les soirs sur la musique, qui m’apaise et bloque les pensées parasites.

See you soon space cow boy !

« Tombe la neige et la Pumpkine »

En février dernier, il a neigé. Jusqu’ici je ne vous apprends rien, tellement on a été bashés par le monde entier à raison. – A raison oui et non, mais ça c’est un autre débat –

J’habite donc dans une ville ou les impôts locaux sont over-cher, mais ou la municipalité ne trouve pas bon de salé les trottoirs lorsqu’il neige une fois tout les deux ans.

Ce qui donne un arrêt complet du trafic des bus, bien dommage lorsque c’est votre seul moyen de locomotion.

C’est après deux heures de sport intensive et une heure de métro reposante, que dans un état second fait d’endorphines et de douleurs mêlées, je constate à mon arrivée la route blanche. aucune traces des pneus si cher à mon cœur, et surtout ce soir ; qui me permettrait de rentrer chez moi ‘rapidement’ pour m’évanouir dans mon lit – et son merveilleux sommier

Non pas de bus ce soir, je vais rentrer à pied, ces mêmes pieds que je ne sens absolument plus de base. – Et que je ne sentirais plus durant une semaine –

Je prend donc, résignée ; le chemin pédestre de quarante minutes de marche glissante vers mon home sweet home.

Durant trois jours, je ferais le même chemin augmentant la glisse, le gel aidant.

Mon cerveau surentraîné à prendre garde et les bon appuis – tel un grimpeur horizontal – se relâche un samedi soir. – relâchement n’ayant pas eu lieu depuis tellement longtemps !-

Et il a fallu que je glisse dans un parking sur une flaque d’eau. Sur une flaque d’eau ! – Tel un moïse en carton – Un réflexe malheureux et un poignet douloureux plus tard… On reprendra le sport un jour moins… Neigeux.

Objectif FitGirlGrimpeuse !

See you soon Fit cow boy !

Old Draw – Rien à voir avec l’article

   

« Des poils et des Os #9… »

Entre chien et loup, à la tombée du jour…

Quand l’homme ne peut distinguer le chien du loup. Ce moment de la journée où il fait trop sombre pour pouvoir les différencier. Le chien symboliserait le jour puisque tout comme lui, il peut nous guider ; alors que le loup serait le symbole de la nuit, représentant une menace.

J’ai toujours préférée les loups…

See you soon space cow boy !