« Danko, Rencontre & Synchronicité »

Je voyais le chemin du passé pour en arrivez là, comme un fil.

Avant, chaque bus était un raté, un fil cassé sur le chemin du futur, mais quand tout est synchronisé ; remonter le fil vers le passé est aisé, et les événements apparaissent très clair. Il permet de voir que chaque fil cassé est en réalité un nœud pour arriver au même résultat. Ce devait arriver. Malgré tout ce n’est pas valable pour tout événements – du coup ce n’est pas valable du tout ? – ah oui, peut-être –

Un exemple très simple. Si j’étais partie plus tôt comme je souhaitais le faire à la base, je n’aurais pas fait cette rencontre. Si je n’avais pas accepté ce verre, comme je l’aurais fait habituellement, je n’aurais pas eu cette conversation très intéressante. Etc… pour réussir à avoir le bus tant espéré malgré tout.

Le lâcher-prise. Laisser la place à l’imprévisible et aux surprises.

j’avais mal aux pieds, donc avoir mal aux pieds dans le bus, ou en marchant, de toute façon j’aurais mal aux pieds. Donc lâchant prise là-dessus, j’ai finalement eu ce bus.

Remontons ce fil ensemble. Dans le contexte nous sommes le 31 Mars 2017, Mon pote rencontre un souci au travail, ce qui fait qu’il ne pourra pas m’accompagner au concert de Danko Jones.

Avant je serais rentrée chez moi sans demander mon reste. -Mais ça, c’était avant –

La première partie est exceptionnelle, mais j’ai déjà mal aux pieds…

Les gars sont descendus jouer dans la fosse, vu que c’est à ‘la maroquinerie’ autant dire qu’ils sont très proche de toi déjà sur scène. – alors dans la fosse évidemment… – ce fut la découverte du jour, je ne connaissais pas du tout, mais alors ils ont une putain d’énergie et un public tout en respect qui le force un peu, soit dit-en passant.

Puis vint Danko Jones, que je n’ai vu qu’en festival jusqu’alors. – Hellfest, mon amour –

Mais enfin… J’ai mal aux pieds. Le public est en feu, ça slam dans tout les sens. – Do you kiss on the first date ? –

Un fan hurle son amour vers Danko, qui lui répond – Ce gars parle vraiment beaucoup durant ses concerts, et toujours avec humour –

– « I love you ! »

– « Me too ! »

Mais ça fait déjà 3 chansons que je repousse à partir. C’est le moment !

Je suis finalement partie au bon moment pour le reste de ma soirée.

Je ne vais pas y aller par quatre chemins, je me perds encore même dans ma ville natale, donc je vous laisse imaginer sur Paris.

La quête en sortant de cette salle était de retrouver le métro. Le plus proche, même pas forcément celui que je devais prendre, mais un métro n’importe lequel – La sécuritééé –

Que fais n’importe qui dans ce moment là ? Tu demande à quelqu’un dans la rue, la première personne qui passe.

Et la première personne passée, me propose de m’y accompagner. Puis finalement un verre.

Là je vous voit venir. Je me suis vu venir aussi d’ailleurs. -Non, mais non, mais c’est forcément un psychopathe! – ou encore – Il veut ton cul –

Pour ceux qui me connaissent maintenant, ils savent que c’est le genre de pensée que je combat dorénavant. – Les jugements et autres pensées infondées sur des pré-jugés –

J’ai passé une soirée extraordinaire. Nous avons parlé de Physique quantique, d’astronomie, de psychologie, de Mystique, du tout personnel et tout interplanétaire. Nous sommes repartis sur notre chemin chacun de notre côté.

Nous ne connaissant même pas nos noms..

Bon petit conseil tout de même, ne faite pas non plus confiance à tout le monde, n’importe comment. Dans un sens je savais à qui je parlais, j’avais conscience de ne rien craindre.

Soirée fantastique.

See you soon space Cowboy !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *