« Des poils et des Os… #4 »

C’est étrange, je ne comprends pas souvent ou je suis. Je ne comprends pas vraiment les gens. J’ai l’impression d’être en permanent décalage.

On dit souvent que l’on est pas dans le monde des bisounours, mais j’estime que ça ne tient qu’à nous de se créer le monde dans lequel l’on désire vivre !

Il suffit d’en faire sa réalité. – L’Imaginatiiion –

Mais je comprends le besoin d’appartenance, je n’y adhère pas. Mais je peux comprendre que l’on ne veuille pas être mis de côté : c’est toujours plus difficile d’essayer de faire en sorte que le monde des bisounours soit une réalité lorsque la plupart des gens estime vivre en enfer.

Y vivre sans avoir la possibilité d’y changer quoi que se soit. Alors lorsque tu est frustré, et que tu rencontre une personne que tu va considérer comme légèrement naïf, -alors qu’il va juste faire en sorte de son côté de rendre sa réalité moins « difficile »- Eyh bien tu va le ramener sur terre – en enfer, ta réalité – et tu va te croire tout puissant, presque altruiste d’avoir révélé une vérité toute faite et universelle à cette pauvre brebis égarée dans son délire.

Juste une chose, si toi tu as abandonné, que tu accepte en baissant la tête et tu en a cure d’évoluer et d’essayer de penser autrement… Les bisounours te remercient. Ils ont généralement déjà changer de plan. Ils ne voient plus le monde comme un enfer.

Je te rassure. Le monde n’est pas un enfer. Le monde ne t’en veux pas. Si tu as appris à danser avec le temps tu dois savoir de quoi je parle. Pour les autres, expérimenter !

See you soon groooaaar cowboy !

2 réponses sur “« Des poils et des Os… #4 »”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *