« The Spirit… »

Dès à présent je vais vous demander de l’imagination.

Non un effort. Oui, un effort… (à ce stade j’ai perdue les deux pèlerins traversant ce blog…) Pour les plus courageux, l’on continue :

Car j’ai pu constater que de l’imagination, nous en avions tous eu mais pour des raisons que j’ignore… La plupart des gens l’ont fait taire.

Je constate qu’il n’est pas si évident pour certaines personnes de ‘revivre’ des souvenirs. Surtout ceux de l’enfance.

Cette catégorie, elle te raconte une histoire. Peut-être la tienne. Un souvenir. Peut-être le mien.

Avec bienveillance.

On dirait qu’il a poussé ainsi, rien que pour moi. Qu’il savait qu’un jour je viendrais, pour que je puisse l’atteindre.

J’élance ma toute petite main et celle-ci rencontre le bois, rugueux, dur de la branche la plus basse.

« Merci »

C’est moi qui grimpe, mais c’est comme si j’étais aidée dans mon ascension. Il me parle déjà.

«Pose ton pied ici… Appuie toi là… »

Il me guide pour que je ne tombe pas, et ça y est déjà j’y suis.

De la haut, l’on voit les choses autrement. Je suis un oiseau, j’ai quittée la terre.

……………………………………..

Il est devenu mon confident, mon ami de jeu, ma maman et mon papa parfait.

Je fais le cochon pendu sur ses branches, ça fait flipper mes frères et hurler ma mère.

Mais nous on s’en fout ! Nous sommes invincibles ! Et je sais qu’il ne me laissera pas tomber.

Si cela venait à arriver, il étendrait l’une de ses branches basse pour me rattraper. De la il m’élèverait jusqu’à sa cime.

Il me nourrit durant mes longues journée de lecture et parfois, lorsque je sors me promener dans le jardin, je monte juste pour lui dire bonjour.

……………………………………..

J’invite des amis à le rencontrer et fait les présentations mentalement. Il aime bien Ron, on joue à dire que c’est une maison, c’est chez moi, c’est mon refuge lorsque maman hurle et que je ne veut plus l’entendre.

Il me tend sa branche comme une main amicale et je me sens protégée. De son côté, maman ne me trouve pas et la crise passe.

Invincible, cachée, absente du monde.

……………………………………..

Je vieillie, lui aussi, il produit moins de fruits ; une année je décide de moins en prendre pour que les oiseaux puissent aussi en avoir.

……………………………………..

Je les entends parler de lui de plus en plus souvent alors qu’ils ne vont jamais le voir.

Au début je n’y prête pas attention, malgré la boule dans ma gorge qui grossit un peu plus chaque jour.

Je les entends en parler de plus en plus souvent.

Je me dis que c’est ma faute, en y allant aussi souvent j’ai portée leurs attention sur lui.

‘Il va falloir songer à le couper’

Le choc. Une pause. Le temps s’arrête et pourtant dans ma tête il y a urgence.

Ils disent qu’il est mort car ça fait deux ans qu’il ne produit plus de fruits..

……………………………………..

Je ne comprends pas, je vis cela comme un meurtre. Je ne dis rien.

Je serre les dents. Je bout intérieurement de rage la perte de mon premier ami, injustement tué…

est-ce que l’on tu les grand-parents devenus inactif ?

Je vois papa avec une tronçonneuse. Je prend conscience que c’est le jour de l’exécution.

Je veux rester, muette condamnant le bourreau.

La première branche tombe. Celle sur laquelle je m’étais appuyée il y à des années pour monter la première fois.

Je fuis, je cours vers la rivière, ma forêt Kokiri

Je fuis pour ne pas l’entendre hurler… je l’ai abandonné.

……………………………………..

Il ne reste plus qu’un tronc privé de ses branches.. il est plus petit que moi maintenant.

……………………………………..

Kid sera enterré sous le cerisier à ma demande. Je trouve encore aujourd’hui que ça a du sens.

See you soon SpaceCowbow Dreamer !

Une réponse sur “« The Spirit… »”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *